in

Archéologie : Découverte D’une Gravure De Pénis De 1800 Ans

On dirait que certaines choses n’ont jamais changé…

Si vous ne le saviez pas, sachez maintenant que le mur d’Hadrien au nord de l’Angleterre date de 2 000 ans. C’est l’empereur romain portant le même nom qui avait ordonné sa construction. Ce mur avait servi à protéger les Romains des attaques barbares. Puis au 5e siècle, ils ont abandonné la structure.

Les autorités ont pendant longtemps préservé ce mur. Mais aujourd’hui, des archéologues de l’Université de Newcastle l’étudient. Et d’ailleurs, ils viennent de découvrir un certain nombre de gravures, certainement des œuvres des soldats romains.

Une gravure d’un symbole de « bonne chance »…

Au nombre des découvertes faites par ces archéologues, il y a un pénis d’une taille incroyable, un symbole de « bonne chance » pour les Romains. Il faut dire que ce genre d’inscription permet aussi aux historiens de mieux cerner la vie des soldats romains à cette époque. L’inspecteur des monuments anciens du mur d’Hadrien à Histo­ric England, Mike Collins a apporté quelques éclaircissements. « Ils fournissent un aperçu de l’organisation du vaste projet de construction du mur d’Hadrien, ainsi que des touches très humaines et personnelles ».

En effet, ils ont retrouvé un buste romain représentant probablement un soldat ou encore la phrase : « APRO ET MAXIMO CONSVLIBVS OFICINA MERCATI » sur un mur. Cette phrase signifie : « Sous le consulat d’Aper et Maximus ». Ce sont ces deux consuls de l’Empire romain qui régnaient sur cette région au 3e siècle.

Une découverte importante !

Mais selon les archéologues, ces détails sont très rares. Ils disent : « On ne trouve qu’une poignée de tels sites dans toute l’Angleterre ». D’ailleurs, ils sont parfois obligés de se suspendre dans le vide pour mieux étudier les gravures de près.

L’équipe d’experts souligne : « Ces inscriptions à Gelt Forest sont probablement les plus importantes de la frontière du mur d’Hadrien ». Ils veulent maintenant se servir de la technologie de balayage au laser pour conserver ces précieuses découvertes.

Ces archéologues affirment : « Ces gravures sont très vulnérables. C’est une excellente occasion de les enregistrer telle qu’elles sont en 2019, en utilisant les meilleures technologies modernes pour préserver leur capacité à les étudier à l’avenir ».

Source

Paris : La Police Enquête Sur Un Chien De Sécurité Blessé Dans Le Métro

Un Virus Est Revenu ! Chers Parents Prenez Garde À Ces Symptômes